j’aimerais que tout cela soit une comédie, que le masque tombe, que la fin purge les spectateurs de leurs angoisses. Mais non! ce qui se joue aura des conséquences dans le concret de notre vie. Comme l’a si bien dit Freud, on manipule les masses non avec des idées, encore moins avec des vérités, non, seulement avec des images, images les plus fortes possibles, les plus simples aussi. Et les masses fascinées foncent dans la muleta sans savoir que la mort se cache derrière, que la fille du père conduit au pire, que le pire du père est au-delà de l’imaginable, toujours et encore, toujours. L’horreur est là, même si Le Pen ne prend pas la présidence, elle prend le coeur de trop de français, elle prend trop de place, elle menace trop de nos libertés, elle tue trop de nos vérités, elle enferme trop de pensées, elle sépare trop d’humains, elle distille trop de haine, elle tue trop de féminité. Le pire encore est que ce soit une femme! Chacune de celles qui ne sont pas prises dans ses rets souffre de cette insulte supplémentaire, cette vilenie abjecte, cette imposture. Et, remarquablement, « imposteur » n’a pas de féminin. Comment ne pas penser à tous ces aryens, menés par un petit brun un peu juif, revendiquant le sang pur des grands blonds teutons…. Imposture ne suffit pas, manipulation non plus, délire peut-être, déni de la réalité certainement et malheureusement, diaboliquement, incarnation du mal absolu, du crime contre l’humanité, du crime qui consiste à faire deux files: les bons et les à-jeter. Ce jeu de dupes, ce jeu de miroir inversé, ce jeu mortel qui dupe autant les meneurs que les menés, qui ne peut qu’aboutir à l’infâme, ce jeu, qui ou quoi pour l’arrêter?

La psychanalyse fait tomber beaucoup de nos illusions quant à la bonté de l’humanité mais elle nous dit aussi que l’on ne peut cesser de croire en la beauté et la force de l’intime du sujet, sujet pris comme unique et non comme masse. Penser Eros contre Thanatos, énergie ancestrale qui  jaillit en secours, vision du plus grand que soi, du plus grand que ici et maintenant, conscience du tout cyclique de la vie….Et savoir dire à ce qui menace le sacré de l’humanité  NON! NON! NON!

Publicités